Selfie

 

D’abord, une passion pour l’image et

la géographie, puis la « re-découverte » (inattendue) de l’humain, à la croisée de ces deux passions.

 

En voyage, mon appareil photo retranscrit ce que mon œil observe,

ce qu'il glane comme détails du plus banal au plus intime, pour montrer l’ordinaire qui n’a rien d’ordinaire.

C’est une observation qui prend son temps et permet, à la manière de Georges Pérec, « de figer l'histoire

en instantanés » par un regard « habitant » pour tenter de découvrir comment on habite cet espace.

 

Ce que l'on apprend sur le terrain,

c'est que  l’espace induit le regard !

Et l'on n’appréhende pas de la même façon une rue, un intérieur, des grands espaces....